L’adultération intentionnelle se produit lorsqu’un produit alimentaire est intentionnellement contaminé par une personne ou un groupe de personnes externes ou internes à une entreprise alimentaire. Sur une grande échelle, l’adultération intentionnelle des aliments constitue une attaque contre la sécurité de notre approvisionnement alimentaire. La cause la plus fréquente est les employés mécontents qui cherchent à se venger de leur employeur ou de leurs collègues.

Il existe de nombreux exemples de cas d’adultération intentionnelle de partout dans le monde.

2018 : Des fraises cultivées en Australie ont été contaminées volontairement avec des aiguilles.

2016 : Au moins 33 personnes, dont cinq enfants, sont mortes dans le district de Layyah, au Pendjab, au Pakistan, après avoir mangé une confiserie. Un des propriétaires a avoué avoir mélangé un pesticide dans les bonbons suite à un conflit avec son frère et le co-propriétaire.

2015 : De la bière servie lors d’un enterrement au Mozambique a été contaminée, entraînant des décès de 75 et plus de 230 personnes malades.

2002 : Un rival jaloux a empoisonné des produits alimentaires d’un concurrent avec de la mort au rat. En conséquence, 38 personnes ont été tuées, principalement des écoliers, et environ 200 personnes ont été hospitalisées.

Afin de s’en prémunir les parties concernées peuvent mettre en place un plan Food Defense. Les référentiels GFSI (IFS, BRC, SQF, FSSC 22000…) demandent que ce plan d’atténuation de la menace soit régulièrement mis à jour.

Nous vous proposons de vous y aider en vous abonnant à notre veille Food Defense.

Image par mohamed Hassan de Pixabay